Circuit de Saint-Johan

3.1Km

Ce circuit de 3km vous emmènera sur les plus beaux chemins de Fargues-Saint-Hilaire autour de l'ancienne paroisse de Saint-Jean de Jérusalem créée par les chevaliers de l'ordre de Malte au moyen-âge, mais dont il ne reste que le souvenir aujourd'hui. La plupart de ces vieux chemins sont encore pavés, signe de leur importance pour l'économie locale jusqu'au siècle dernier.

Le point de départ du circuit ce situe devant le cimetière.

FEUILLE DE ROUTE

1
Départ devant le cimetière. Emprunter le chemin des Passereaux.

Croix du cimetière

Le centre du village de Fargues-Saint-Hilaire a été pendant des siècles cantonné aux abords

du cimetière où s’élevait l’ancienne église. Cette église qui présentait fissures et lézardes suite au tremblement de terre de 1759, fut rasée et reconstruite en 1846 à quelques centaines de mètres plus à l’ouest, sur son emplacement actuel,.

On ne sait pas grand chose de l’ancienne église romane. Elle était de petite dimension et située au milieu du cimetière, à l’emplacement de la belle croix en pierre. Il n’en reste plus rien aujourd’hui. Seules la cloche (datée de 1760) et la vasque de marbre des fonds baptismaux (17e siècle) ont été récupérées et se trouvent maintenant dans la nouvelle église.

La croix de cimetière elle-même doit avoir des éléments récupérés de l’ancienne église. À noter que le haut de la croix n’est pas de même facture que son tronc.

Plus curieux encore, on trouve incrustée dans le mur de clôture du cimetière (côté route), une petite statuette décapitée, qui devait selon toute vraisemblance, se trouver dans l’ancienne église romane. Le personnage semble tenir dans sa main gauche un livre, élément typique des représentations de Saint-Hilaire de Poitiers.

Entrer dans le cimetière pour admirer la croix. Merci de respecter les lieux.
Explorez
2
Continuer le chemin qui entre dans les bois
4
Prendre le chemin de Musset à gauche et descendre jusqu'au lavoir

Lavoir de la Tuilerie

Le lavoir de la tuilerie est un des deux lavoirs publics encore visibles à Fargues-Saint-Hilaire. Il a été construit en 1927 près d’une source en bordure du chemin de Musset.

Les habitants alentours, principalement ceux de la Tuilière et de Marron, venaient rincer leur linge au lavoir. C’était un lieu éminemment social dans chaque village. Les femmes s’y retrouvaient une fois par semaine ou plus, et échangeaient les toutes dernières nouvelles du village et des parages.

Le nom “de la tuilerie” vient du fait qu’il existait ici une ancienne tuilerie qui a perduré jusqu’en 1920. En exploitant un gisement d’argile, elle fournissait les matériaux indispensables aux constructions locales : tuiles creuses qui recouvrent la majorité des toits alentours, ainsi que briques et carreaux utilisés pour les souches de cheminées et les sols.

On peut encore voir au dessus du champ derrière le lavoir, de nombreuses tuiles empilées les unes sur les autres, témoins sans doute de la dernière production de la tuilerie de Fargues.

Accès public.
Explorez
5
À la sortie du chemin, prendre la route à droite
6
Prendre le chemin à droite
7
À l'intersection des chemins, prendre celui remonte à gauche

Saint-Jean-de-Jérusalem

Au sud du vieux bourg se trouve un vaste champ, vierge de toutes constructions, qui descend en pente douce vers les vallées de la Canterane et de la Pimpine. La vue vers la campagne environnante est saisissante et l’endroit semble cacher un secret, une histoire oubliée.

Et en effet, jusqu’au 18e siècle existaient ici une chapelle et des habitations fondés par les moines hospitaliers de l’ordre de Malte. L’ensemble formait alors l’ancienne paroisse de Saint-Jean-de-Jérusalem, aujourd’hui complètement disparue. Il est vraisemblable que la chapelle se trouvait sur le petit monticule en bas du champ., mais celle-ci fut détruite par un tremblement de terre en 1759.

L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, appelé aussi ordre des Hospitaliers, est un ordre religieux catholique hospitalier et militaire fondé à l'époque des croisades (12e siècle). À l’origine cet ordre crée des hôpitaux à Jérusalem pour accueillir et soigner les pèlerins, puis assume rapidement une fonction militaire pour les défendre. À la suite de nombreuses donations, l’ordre va rapidement posséder des établissements, prieurés et commanderies dans toute l'Europe, comme ici à Fargues-Saint-Hilaire.

Propriété privée, mais le champ est bien visible depuis les chemins le longeant.
Explorez

Ferme de Laurent

Cette vieille ferme typique est idéalement placée, dominant les vastes champs dont elle avait l’exploitation à charge. Elle est située au croisement de vieux chemins, dont celui rejoignant Sainte-Raphine au nord, à la Tour de Fargues plus au sud, en passant par la fondation hospitalière de Saint-Jean-de-Jérusalem toute proche d’ici.

L’ensemble est classiquement composé d’une habitation et d’un bâtiment d’exploitation, tous deux bâtis en moellons. C’est aujourd’hui une propriété privée restaurée avec goût. Si depuis le début du 19e siècle l’endroit s’appelle “Laurent” du prénom d’un ancien exploitant, au 18e siècle le lieu était désigné comme “le verger”, indiquant une culture d’arbres fruitiers.

Propriété privée. Visible depuis la route et le chemin la longeant.
Explorez
8
Sorti du chemin, prendre la route à droite, puis le chemin de Cruzeau à gauche
9
Prendre le chemin qui part à gauche du portail du domaine de Cruzeau
10
Prendre la route à droite pour retourner à votre point de départ

Ancien presbytère

Nous sommes ici au coeur de l’ancien village de Fargues Saint-Hilaire. En effet l’ancienne église romane se situait au milieu du cimetière actuel au bout de la rue, à quelques dizaines de mètres de là.

La grande maison au n°35 de la route des écoles est l’ancien presbytère, c’est à dire l’endroit où habitait le curé de la paroisse. C’est une belle bâtisse construite au 18e siècle en moellons comprenant plusieurs parties formant un “L” autour d’un jardin et d’une petite cour. Vu son emplacement et sa fonction, c’est surement l'un des plus vieux bâtiments de la commune encore debout.

A noter juste après le presbytère au bord de la route, une vieille pompe à bras fabriquée par la maison Briau et Compagnie de Tours vers le milieu du 20e siècle. Elle est en assez bon état cosmétique et mériterait d’être remise en fonction. Deux autres pompes identiques se trouvent à côté de la mairie, et à l’entrée du domaine de la Frayse.

Propriété privée. Visible depuis la route.
Explorez
11
Arrivée